Le Constat d’une baisse sensible d’activités et de Chiffre d’Affaires

Comme de nombreux professionnels, les agences de sécurité privée ont elles-aussi souffert et continuent à souffrir de la crise du COVID. En effet, l’organisation des évènements a été suspendue pour répondre aux contraintes sanitaires liées à cette crise. Les magasins dits non essentiels eux aussi ont largement pâti de cette situation sans même parler des restaurants, des boîtes de nuits, des salles de spectacles, des musées… qui restent encore à ce jour désespérément fermés. Hors période COVID, la sécurité des évènements et des spectacles imposent à leurs organisateurs d’assurer la sérénité de leurs participants, à la fois la protection des personnes présentes contre les intrusions ou comportements malveillants mais aussi de garantir l’application des mesures de protection contre les incendies. La surveillance des magasins, des hôtels, des parkings nécessite quant à elle la mobilisation de ressources humaines et matérielles : des agents de sécurité outillés par des moyens techniques de surveillance. Ainsi, la « mise en veille » forcée par la crise sanitaire de ces activités a eu des impacts en cascade sur les métiers qui assurent usuellement leur sécurité. Selon Claude Tarlet, président de la fédération française de la sécurité privée (FFSP), les entreprises liées à cette activité ont perdu entre 30 et 50% de leur chiffre d’affaires.  

Un spectre de risques élargi

Non seulement ces entreprises ont vu leur CA diminuer mais leurs agents ont dû adapter leurs types d’activité et leurs méthodes à cette pandémie. La protection des personnes et des lieux contre les personnes malveillantes s’est élargie à la protection contre le Virus du COVID 19. Les agents de sécurité ont été positionnés sur la ligne de front des contrôles sanitaires des masques, des flux de visiteurs rendus fébriles par la situation sanitaire ou par de longues files d’attentes liées au jaugeage, au comptage des clients et par les rappels des contrôles sanitaires. Dans d’autres cas, des agents qui assuraient la sécurité sur de sites ERP (établissement qui reçoivent du public), ont été réorientés vers des missions de gardiennage. Ainsi, comme pour de très nombreuses entreprises, la reprise économique des sociétés de sécurité après cette crise représentera un vrai challenge.  

Les perspectives d’un besoin accru de sécurité à faire cohabiter avec une trésorerie réduite

Bien que disposant d’une trésorerie qui se retrouve en souffrance, les entreprises, les magasins, les responsables d’entrepôts, les responsables d’évènements… devront poursuivre dans leur rôle de garant de la sécurité des biens et des personnes dont ils sont responsables. Le besoin en sécurité restera donc après cette crise de plus en plus présent et les budgets qui lui seront alloués seront de plus en plus comptés. Alors, pour les agences de sécurité, comment concilier ces deux contraintes qui de prime abord sont antinomiques ?  

Pour les agences de sécurité : se réinventer après le COVID en conjuguant le conseil, une formation accrue des agents, des outils technologiques et la télésurveillance.

En réalité, comme c’est le cas dans de nombreux domaines d’activité, cette crise représente pour l’approche sécuritaire des biens et des personnes, une réelle opportunité de se réinventer. Aux entreprises ou aux particuliers qui souhaitent faire appel à une société garantissant leur protection, les agences de sécurité pourront proposer d’optimiser le dispositif de sécurité dont ils ont réellement et prioritairement besoin. Cela implique ainsi de revoir l’approche sécuritaire dans sa globalité de mettre en place pour chaque entreprise un dispositif performant qui passe par une analyse amont du besoin en sécurité. Celle-ci permettra d’accompagner le dirigeant dans le calibrage de ses besoins et dans l’identification des risques prioritaires. L’agence de sécurité dans ce cadre, mettra donc à disposition des profils d’experts qui assisteront le responsable de la sécurité de chaque entreprise dans sa réflexion : quels risques ? quelles failles sécuritaires ? Quelle période sensible à couvrir ? quels positionnements des agents, des systèmes ? … et en réponse quel dispositif humain et matériel personnalisé à déployer ? Les outils digitaux : caméras, capteurs, caméras thermiques, alarmes… occuperont une place croissante dans l’agencement sécuritaire en se positionnant comme de réels outils pour les agents qui se trouvent sur le terrain ou en télésurveillance. Il s’agira de « jouer » de plus en plus la carte de la conjugaison des technologies et des hommes en vue d’une optimisation des coûts et de la qualité des dispositifs. Plus que des entreprises capables de mettre à disposition des ressources humaines, les agences de sécurité deviennent ainsi un réel partenaire en mesure d’apporter également une vraie valeur ajoutée de conseil sur le calibrage des dispositifs humain et matériel à mettre en œuvre. Par la promotion de cette dimension de conseil, par une approche mettant en avant la flexibilité et la réactivité les agences de sécurité aborderont leurs perspectives avec un œil neuf.. Parallèlement, pour les agents qui se sont trouvés en première ligne durant cette crise du COVID, cette nouvelle approche leur donnera la capacité à monter en compétences à travers des formations qui contribueront à valoriser ce métier qui mérite aujourd’hui de l’être. A l’image du télétravail, à qui le COVID a fait la part belle, la surveillance humaine à distance (télésurveillance) ou la surveillance électronique pourra elle aussi pour les sites fermés, à chaque fois que la situation s’y prêtera, constituer un réel outil permettant à l’agence de gagner en efficacité et au client de gagner en résultats et en budget. En synthèse, cette crise COVID est une réelle opportunité pour chaque prestation de sécurité privée de gagner en qualité et pour les agences qui la mettent en œuvre de rebondir en se positionnant au-delà de la simple « réponse à appel d’offre » avec des approches « conseil » qualifiantes à valeur ajoutée débouchant sur la mise en œuvre de dispositif personnalisés qui conjugue l’homme et la technologie.